PAR ÉDITION : 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016 - 2017 - 2018 - 2019 - 2020
Les Tréteaux du Maroni du 25 au 28 avril 2020

FESTIVAL REPORTÉ POUR CAUSE SANITAIRE

Festival Les Tréteaux du Maroni, 14e édition - du 25 au 28 avril 2020


L'édition 2019 du Festival Les Tréteaux du Maroni, comme les précédentes, vous proposera des rencontres inédites à partager en famille et entre amis avec des artistes venus du monde entier.



« Offrandes » la très belle exposition du photographe Philippe Bourgade.
L'exposition « Offrandes » était programmée pour la 14e édition du Festival Les Tréteaux du Maroni 2020, reporté ultérieurement.
Vidéo : André Odry - CIAP Saint-Laurent du Maroni


• Les spectacles •


okinum
©  Valérie Remise

Okinum

Cie Onishka, Canada, Scène contemporaine autochtone

Mise en scène et interprétation : Emilie Monnet

THÉÂTRE-PERFORMANCE, ARTS MÉDIATIQUES

Inspiré par le rêve récurrent d'un castor géant, Okinum est une réflexion intime sur la notion de barrages intérieurs, une ode au pouvoir du rêve et à l'intuition.
La parole est libérée afin de remonter la rivière de la mémoire des ancêtres et pour se réconcilier, avant tout, avec les différentes facettes d'une identité multiple.
Au croisement entre le théâtre, la performance et les arts médiatiques, la pratique d'Émilie Monnet s'articule autour des questions d'identité, de mémoire, d'histoire et de transformation.
Ses œuvres privilégient les processus de création collaboratifs, et sont présentées le plus souvent sous forme de théâtre interdisciplinaire ou de spectacles immersifs.
Elle allie théâtre, son et vidéo au moyen d'une dramaturgie unique, circulaire et envoûtante.

À Saint-Laurent du Maroni
Camp de la Transportation - Case théâtre n° 8


En décentralisation dans
les quartiers et communes amérindiennes


receptionists
©  Esko Mattila

Receptionist

Kallo Collective Finlande

Mise en scène et interprétation Inga Bjorn et Kristiina Tammisalo

CLOWN

Ces deux réceptionnistes sont des professionnelles de la fluidité dans l'industrie hôtelière. Elles parlent plusieurs langues, dont aucune n'est compréhensible, et ont une peur presque pathologique de leurs clients.
Charismatiques, Inga et Kristiina créent, sur scène, une alchimie qui rend toute l'expérience délicieusement folle.

À Saint-Laurent du Maroni
Camp de la Transportation - Case théâtre n° 8

TOUT PUBLIC

SCOLAIRE

coucou
©  Jaka Varmuz

Coucou

Collectif Ma-Théâ Centre de Créations Pour l'Enfance France, Slovénie

Mise en scène : Mateja Bizjak
Petit Jeu : Caroline Chaudré et Maxime Lance

Théâtre d'objet et musique - Dès 18 mois

Coucou s'appuie sur les envoûtantes propositions visuelles de l'illustratrice Lucie Félix, qui nous guident délicatement dans une expérience théâtrale aussi active que joyeuse.
Il s'agit d'un dispositif de découverte, d'expérimentation des formes et des couleurs, du son, des mots et des émotions... Sur scène, un grand livre coloré, dont on tourne les pages, prend vie, se déplie à l'infini, jusqu'à trouver une nouvelle dimension dans l'espace par le mouvement, la danse, la poésie et la musique.
Deux acteurs, danseurs et musiciens inventent et animent des objets à partir de matériaux quotidiens : papier, carton, bois.

À Saint-Laurent du Maroni
Camp de la Transportation - Case théâtre n° 8

TOUT PUBLIC

SCOLAIRE

wata-mama

© Philippe Bourgade

Wata Mama

Guyane, Suriname

Mise en scène et interprétation : Serge Abatucci, Edson Ferreira, Kwadjanie Feyan

Performance happening

Wata Mama, Maman Dilo en créole, Sirena au Brésil… Autant de noms pour désigner l'eau, l'essence de la vie.
Wata Mama est une performance en happening, imaginée par trois artistes : un comédien - Serge Abatucci, un plasticien - Edson Ferreira et un garant des traditions saramaca - Kwadjanie Feyan.
L'eau - celle du fleuve, présente dans notre quotidien, mais aussi l'eau de la mer, autrefois respectée, et aujourd'hui polluée en toute inconscience.
Une performance magistrale, une cérémonie en l'honneur de Wata Mama pour éveiller et réveiller les consciences.

Place du Marché


Balaté, village chinois Depuis la rive


lourenslourensz
©  DR

Lourens Lourensz

Centre d'Art de Mana

Coproduction Centre dramatique Kokolampoe
Mana, Camopi, France

Dramaturgie : Ewlyne Guillaume
Mise en scène : Patrice Alexandre
Avec : Serge Abatucci, Patrice Alexandre, 4 musiciens Teko de Camopi, Le potières amérindiennes de Mana

Performance d'Arts plastiques, théâtre et musique

Textes - Extraits du Popol Vuh, texte mythologique Maya
Extraits du livre Entre deux mondes, lettres d'explorateurs collectées par l'historien Gérard Colomb.
Mise en scène librement adaptée d'un récit du naufragé zélandais Lourens Lourens, écrit en 1618, après 7 années de captivité chez les Arocouros.
C'est l'histoire de deux mondes qui ne devaient pas se rencontrer.
Les uns arrivaient avec des armures, les autres étaient nus sur leur terre.
Rien ne les disposaient à entamer un espace de dialogue.
Leurs rapports au temps se télescopent, les rituels de part et d'autres sont différents, le héros devient caméléon, se métamorphose au gré d'un praticien de la terre.
Ce dernier, tout en inventant des modelages sur scène (animaux, personnages, végétaux), lui fait subir des transformations corporelles.

Camp de la transportation - Espace de la Réclusion

dieudonne-fokou
©  DR

Dieudonné Fokou

Artiste plasticien

Installation, performance

Une résidence du Centre d'Interprétation d'Architecture et du Patrimoine
Dieudonné Fokou, artiste plasticien, présente la deuxième partie de son travail en résidence.
L'éclosion des nouvelles technologies de l'information et de la communication, des transactions automatisées où la réalité disparaît au profit d'un monde parallèle totalement virtuel, constitue une entrave à notre liberté d'humain avec des conséquences irréversibles sur la cohésion sociale.
Tracer nos comportements dans notre quotidien !
La victime peut-elle parfois devenir son propre bourreau ?

Camp de la Transportation
Terrasse du CIAP
VERNISSAGE